• De l'esprit critique dans l'Éducation nationale - "Il faudrait que les professeurs réfléchissent…" (Véronique Marchais)

     

    20161218

     « Il faudrait que les professeurs réfléchissent… » J’entendais récemment cette déclaration1 à propos des résultats de la France aux dernières enquêtes PISA et TIMSS.

    Certes. Mais sait-on à quel point réfléchir devient, pour les professeurs, une gageure ? Tout est mis en œuvre, à chaque niveau de l’institution, pour rendre tout esprit critique, et donc toute véritable pensée, à peu près impossible.

    Qu’apprennent les professeurs lors de leur formation initiale, dans les ÉSPÉ ? Ne découvrent-ils pas toutes sortes de démarches pédagogiques, qui seraient présentées chacune avec leurs avantages et leurs limites, comme autant de ressources pour enseigner ? Non. Ils sont formatés à une seule et même approche, dont les principes varient à peine selon les disciplines, et se sont au fil des années imposés comme des modèles irréfragables : travail en séquences, socio-constructivisme (l’élève doit construire lui-même ses connaissances par l’expérience et les manipulations, le professeur devant éviter la transmission directe), culte de la technologie pour elle-même, souci de varier les activités pour complaire à un public habitué au zapping... Le sociologue Jean-Pierre Terrail a montré la persistance de ces grandes orientations depuis les années 19702.

     

    Lire la suite sur le blog La Vie Moderne

     

    « Jeux sur l'orthographeDiscussion sur le prédicat »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :