• Les lanceurs d'écriture CM2

    http://www.neoprofs.org/t31738p220-comment-travaillez-vous-la-redaction-a-l-ecole-primaire#1376618

     

    Clarinette : Je ne suis pas intervenue dans ce topic par manque de temps mais je l'ai lu par tranches.
    En ce qui concerne l'expression écrite, il me semble bénéfique de varier les plaisirs : textes en lien avec les lectures de la classe, avec les activités et sorties... mais aussi ce que l'on appelle des "lanceurs d'écriture".
    Ces petits temps d'expression semi-dirigée sont très appréciés par les élèves, et s'ils ne sont pas nécessairement facteurs de "progrès techniques", ils suscitent l'envie d'écrire, qui est quand même un préalable indispensable.

    Voici les miens :

    Télécharger « Lanceurs d'écr CM2.doc »

     

     

    Voir aussi Rédaction au CM2 (Clarinette)

     

    Clarinette :

     Mon seul souci, c'est qu'avant, j'en proposais deux par semaine. Maintenant, c'est un par semaine ou par quinzaine au mieux... Je hais cette semaine de quatre jours !! :colere:
    Enfin, il n'y a pas que cela qui soit en cause. Tout prend plus de temps, avec des élèves dont la motivation faiblit d'année en année...
    Je suis en train de réfléchir à un aménagement différent de mon emploi du temps. Et d'ici 15 mois, j'aurai une classe à plein temps et je ferai ce que je veux, comme je veux !

    sowandi : Deux petites questions, si tu le veux bien :
    Que représentent les étoiles devant les sujets ?
    L'expression "lanceur d’écriture" est-elle équivalente à l'expression "sujet de rédaction" (utilisée de mon temps) ? 

    clarinette : Les étoiles correspondent à une évaluation rapide du niveau de difficulté du sujet. Alors, en fait, ces lanceurs, je les utilise dans le "cahier rouge", rouge comme interdit. C'est le leur, et personne, ni moi, ni les parents, n'a le droit d'y mettre le nez sans autorisation expresse. En effet, ils l'utilisent un peu comme un journal intime, et peuvent y écrire librement s'ils le souhaitent.
    Mon but dans cet exercice, c'est entre autres de leur faire prendre conscience du côté jouissif et libérateur de l'écriture. Donc, à l'issue de la rédaction (un quart d'heure, pas plus), certains volontaires peuvent lire leur production, mais ce n'est ni systématique, ni obligatoire, et surtout pas évalué, bien sûr...

    eryximaque : C'est bien enthousiasmant tout ça! (Pour ma part, j'ai du rater un passage "dés-inhibiteur" chez les miens, trop peu de volontaires... mais je me rattraperais) 

    mufab : Je ne suis pas franchement de votre avis, dans la mesure où je ne m'attribue pas un rôle psy, mais peu importe.
    En fait, j'ai une conception très restrictive et de ma fonction, et donc de ce que je peux leur apporter, qui relève à mon sens essentiellement de l'ordre des connaissances - donc avec des contraintes spécifiques au type d'écrit... et explicites. Ou, au minimum, avec un objectif de relecture-réécriture corrective.
    Ecrire pour écrire, comme parler pour parler, bof. (Dans le cadre de la classe, j'entends.)

    Edit : je parle des lanceurs d'écriture de Clarinette, et de l'absence de regard magistral dessus.

    arcenciel : Ce n'est pas s'attribuer un rôle psy que de permettre à des enfants de s'exprimer librement par écrit... C'est toujours bon à prendre non? Ca peut les soulager, un trop plein à déverser pour qqs'uns...

    mufab : Oui, oui, je reconnais bien. Juste qu'à mon avis, ce n'est pas mon rôle.
    Ma classe n'est pas un exutoire.

    sapotille : Lanceurs d’écriture

    1)* Le jeu vidéo avec lequel tu jouais devient une réalité…

    2)*** Tu te retrouves Président de la République pour 24 heures…

    3)* Tu es un oiseau…

    4)* Tu fais tes préparatifs pour la classe transplantée qui se passe sur la Lune.

    5)** Un clochard s’est installé près de ta maison ; tu vas lui parler…

    6)** Tu deviens très riche mais tu es obligé(e) de tout dépenser d’un seul coup…

    7)* Ton meilleur ami (ta meilleure amie) est fâché(e) contre toi ; tu ne sais pas pourquoi…

    8)* Tu as inventé une machine, décris-là…

    9)* Quelle est ta saison préférée ? Pourquoi ?

    10)* Tu as recueilli un chat qui parle mais il n’y a que toi qui l’entends…

    11)** Décris l’habitation de tes rêves. Comment serait-elle ? Comment y vivrait-on ?

    12)* Tu deviens tout(e) petit(e), minuscule… Raconte tes aventures.

    13)**Tu es un(e) extra-terrestre et tu observes les humains. Raconte ce que tu vois et ce que tu penses.

    14)** Le jour des poètes, tout le monde parle en vers…

    15)** Le jour des animaux, ceux-ci peuvent parler comme les hommes.

    16)** Tu as le droit de revivre à l’époque de ton choix, raconte une journée entière de cet autre temps.

    17)** Tu interviewes un personnage de bande dessinée. Ecris ce qu’il te répond.

    18)* Ce jour-là, tu as connu un vrai chagrin. Raconte.

    19)** Devant toi, un homme jeune mendie de l’argent. Il te sourit. Comment réagis-tu ?

    20)* Tu es le héros (l’héroïne) d’une aventure extraordinaire. Raconte.

    21)** Des animaux sont dans la salle d’attente d’un vétérinaire. Ils bavardent entre eux.

    22)* Tu es seul(e) chez toi ; il est 8h du soir. On frappe à la porte. Que fais-tu ?

    23)* Un matin, tu te réveilles et tu es transformé(e) en animal ! Raconte.

    24)* Te voilà transformé(e) en fille (garçon). Raconte ta journée.

    25)* Tu as trouvé un chien ; tu veux le ramener chez toi mais tu sais que tes parents ne seront pas d’accord…

    26)** Raconte ce qui te fait peur dans l’avenir…

    27)* Raconte une colère de la maîtresse…

    28)* La maîtresse te punit injustement. Raconte.

    29)* Raconte un de tes plus gros mensonges.

    30)** Reçois-tu de l’argent de poche ? Combien ? Qu’en fais-tu ? Si tu n’en reçois pas, combien voudrais-tu recevoir ? Qu’en ferais-tu ?

    31)** Si tu avais un frère jumeau (une sœur jumelle), quelles blagues pourriez-vous faire ?

    32)* Tu es invité(e) chez des amis. On te sert un plat que tu détestes. Que fais-tu ?

    33)* Ta chatte vient d’avoir 3 petits chatons. Argumente pour convaincre tes parents de les garder.

    34)* Tu as eu une très mauvaise note ; tu dois l’annoncer à tes parents. Comment vas-tu t’y prendre ? Décris la réaction de tes parents.

    35)** Tu pars pour longtemps dans un endroit inhabité. Tu as la possibilité d’emporter cinq objets. Lesquels ? Explique ton choix.

    36)* Les Martiens débarquent…

    37)* Décris ta chambre.

    38)* Décris l’école de tes rêves...

    39)* Décris un vêtement que tu détestes. Pourquoi ?

    40)* Quel est le jour de la semaine que tu préfères ? Pourquoi ?

    41)* Décris un objet qui est chez toi et que tu détestes...

    42)** L’argent fait-il toujours le bonheur ?

    43)*** Et si l’argent disparaissait ? Raconte.

    44)** Raconte les vacances de tes rêves.

    45)* Décris le cadeau de Noël de tes rêves.

    46)** Au supermarché, tu aperçois un enfant en train de voler un paquet de bonbons. Comment réagis-tu ?

    47)*** Un matin, un nouvel élève arrive dans la classe ; il n’a qu’un bras. Décris l’accueil que tes camarades et toi lui faites.


    Quels sont les sujets qui te paraissent réservés au Psy ?

    arcenciel : Je comprends bien, les connaissances avant tout.
    Sauf que parfois ouvrir quelques brèches avec le journal ou cahier personnel peut être fructueux pour des enfants timides, mal ds leur peau...

    mufab : C'est la démarche qui est psy.
    Allonge-toi sur cette page de ton cahier, tout restera secret, entre toi et toi.

    Enfin quand même, ce n'est pas le rôle de l'école, ça... Si ?

    clarinette : Je comprends tes réticences, Mufab, mais loin de moi l'idée de me substituer à un psy, de près ou de loin.
    Le but de cet entraînement, c'est un peu le même qu'un échauffement avant une course, si tu veux.
    Cela ne marche pas pour tous, mais la majorité prend plaisir à écrire, et c'est aussi notre rôle, de même que susciter chez eux le plaisir de lire.

    arcenciel Je dirais que c'est un accompagnement dans son parcours d'élève.

    mufab : La réussite reconnue de leur écrit, même avec de très fortes contraintes, même s'il a nécessité une aide et des reprises, est aussi (voire plus ?) valorisant...

    clarinette : Ecrire pour soi, se rendre compte qu'on en est capable, ouvre parfois la possibilité d'écrire pour les autres, pour la maîtresse, pour "la note"...

    sapotille : Pour aller à l'extrême, si ils n'ont le droit de s'exprimer que d'après un texte que tu leur donnes, et qui leur est précieux, je n'en doute pas, pour acquérir des connaissances, tu élimines tout élan personnel qui donne envie d'écrire !

    C'est un peu dommage !

    mufab : Oui, je n'ai pas vocation à former des écrivains, ni à favoriser l'introspection.
    Et jamais dans mes études de Lettres je n'ai eu à écrire à partir de rien...

    (Et fort heureusement.)

    arcenciel : Eh tu y vas un peu fort... des écrivains ? Ce n'est pas mon but !

    Pas d'encouragements de la part de tes profs à écrire ?

    sapotille : Il n'y a pas dans l'épreuve du BAC français la possibilité de choisir un sujet d'invention ?

    Mufab : Mais pourtant vous les mettez dans la situation de l'écrivain la plus démunie possible : une page blanche, quelques mots, une idée, et vas-y mon gars, débrouille-toi seul. Et on ne te lira que si tu le souhaites.
    En prêtant à cet exercice une fonction essentiellement "libératrice".

    A écrire dans un cadre, oui : commenter un texte, une oeuvre - et avec une technique spécifique. Pas "inventer".

    arcenciel : Non, on pourrait comparer cela à une relation épistolaire à sens unique, certes, mais pouvant déboucher sur un mieux-être pour un enfant rencontrant parfois qqs difficultés...un réconfort, c'est tout.
    C'est juste une amorce, ensuite libre à eux de continuer ou pas...
    Il y en a qui se réfugieront ds la lecture et d'autres ds l'écriture ou ni l'un ni l'autre.

    coquelicot : Je n'aime pas non plus le principe de ces écrits personnels à l'école, qui restent dans un cahier, souvent avec des fautes d'orthographe. Mais ces lanceurs d'écriture peuvent donner lieu à la rédaction d'un paragraphe court. C'est une activité rapide, qui ne demande pas une grande préparation et qui peut donc être réalisée très régulièrement. Son objectif est de prendre l'habitude d'écrire correctement, en respectant l'enchaînement des idées et l'orthographe. Elle doit donc, selon moi, être encadrée. Et cela n'empêche pas de faire des séquences de rédaction de textes à contraintes particulières, qui demandent une fréquentation préalable de textes qui servent d'exemples, avec analyse précise des critères et vocabulaire qui va avec.

    avril69 : Tout à fait d'accord à la fois avec Mufab et Arcenciel. On même peut concilier les deux, en utilisant les lanceurs comme étape préliminaire à certains travaux semi-guidés.

    Mufab :

    arcenciel a écrit:Non, on pourrait comparer cela à une relation épistolaire à sens unique, certes, mais pouvant déboucher sur un mieux-être pour un enfant rencontrant parfois qqs difficultés...un réconfort, c'est tout.
    C'est juste une amorce, ensuite libre à eux de continuer ou pas...
    Il y en a qui se réfugieront ds la lecture et d'autres ds l'écriture ou ni l'un ni l'autre.


    Tu parles là exactement du Journal Intime (en termes quasi thérapeutiques).
    Je persiste à croire que je n'ai pas à prendre sur le temps de classe pour susciter ce type d'écrit très personnel.

    Eryximaque :

    Mufab a écrit:
    Edit : je parle des lanceurs d'écriture de Clarinette, et de l'absence de regard magistral dessus.


    Si j'ai bien compris, le regard magistral n'est pas absent mais secondaire (c.f. la lecture des textes ainsi écrits), la priorité étant accordée au lancement, à la fabrication. Pour ce qui est de la contrainte, dans le type d'exercice présenté, il me semble qu'on n'est pas tout à fait dans l'écriture libre (ne serait-ce, ici, que par la cohérence du propos; mais peut-être Clarinette pourra-t-elle préciser ses objectifs en terme de syntaxe ou autre...).
    Sans aller jusqu'à m'attribuer un "rôle psy" (je parle pour mon cas) : il y a des élèves qui peuvent avoir d'excellentes idées, qui s'expriment très clairement, mais qui ne parviennent que difficilement à écrire dans les exercices de rédaction que je leur propose ; alors s'il y a un moyen qui leur permette de faire tomber quelques obstacles...

    Edit :

    Mufab a écrit:
    Mais pourtant vous les mettez dans la situation de l'écrivain la plus démunie possible : une page blanche, quelques mots, une idée, et vas-y mon gars, débrouille-toi seul.

    Avec un peu d'ironie, j'aurais envie de dire que de tels écrivains mériteraient d'être enterrés au Panthéon... mais vivants. (Non je ne donnerai pas de noms - sauf sous la torture, pas de raison de souffrir pour eux.)

    Arcenciel : Je ne le prenais pas sur le temps de classe!
    Quand ils avaient terminé un travail, ils avait le choix de lire un livre, faire des fiches en autonomie ou prendre leur journal... Cela n'empiétait aucunement sur le travail scolaire imposé. Ensuite libre à eux de me le faire lire ou pas... 

    doublecasquette :

    Les yeux m'en tombent ! Moi qui me fais des nœuds dans la tête avec les écrits hyper-guidés du Dumas et qui me demande comment intégrer à nos vingt-quatre malheureuses heures de classe des moments d'écriture d'invention à la manière de ce que propose Clarinette !
    Pas assez dirigiste selon vous ? C'est drôle, c'est ce que j'ai fait pendant toute ma scolarité élémentaire et une partie de mes années de collège (6° et 5° je pense). Et je n'ai jamais eu l'impression qu'on me psychanalysait pour pas cher. Et je ne l'ai jamais entendu dire non plus, au contraire.
    Nous savions très bien que c'étaient des écrits d'invention et que la maîtresse ou le prof ne viendrait pas contrôler si réellement le dimanche nous étions allés en forêt cueillir du muguet ou si notre salon comportait deux fauteuils de cuir et une cheminée à manteau de marbre !

    D'ailleurs, c'est le côté dirigiste et formel que leur ont reproché mes tout justes aînés qui ont manifesté en mai 68 pour qu'on change l'école et qu'on impose le texte libre en lieu et place de ces rédactions à sujets imposés.
    Il n'y a pas à dire : la liberté se regarde toujours de son bout de lorgnette perso !

    Mufab :

    coquelicot a écrit:Je n'aime pas non plus le principe de ces écrits personnels à l'école, qui restent dans un cahier, souvent avec des fautes d'orthographe. Mais ces lanceurs d'écriture peuvent donner lieu à la rédaction d'un paragraphe court. C'est une activité rapide, qui ne demande pas une grande préparation et qui peut donc être réalisée très régulièrement. Son objectif est de prendre l'habitude d'écrire correctement, en respectant l'enchaînement des idées et l'orthographe. Elle doit donc, selon moi, être encadrée. (...).


    Tout à fait d'accord.
    Ces sujets sont super mais avec l'objectif d'un vrai travail de reprise, d'enrichissement, d'organisation... prévu en amont.

    Beaucoup d'ailleurs donnent des idées de lectures accessibles pouvant éventuellement nourrir les productions, par exemples :
    - Classe de Lune, pour le sujet sur la classe transplantée;


    - Je suis un ours, pour le clochard auquel l'enfant va parler...


    - Gaston Lagaffe pour la machine...

    Sapotille : Pourquoi dis-tu toujours les choses exactement comme je les pense ?

    C'est toute notre enfance et nos années ados qui me reviennent en mémoire, soudain !!! Wink

    Mufab : Je peux donner mon avis sur la rédaction scolaire (où franchement, la liberté, heu...) sans que tu montes sur tes grands chevaux en convoquant ta scolarité et mai 68, non ?

    Et, perso, je n'ai jamais affirmé que les quelques pauvres textes (si l'on peut appeler ça comme ça) que je fais rédiger tant bien que mal était le summum ou un modèle à suivre. Justement non, ça rame pour beaucoup... Il n'empêche que j'ai quand même des opinions sur le rôle de la rédaction en élem', et qu'il y a certaines modalités que j'aimerais éviter, parce que je trouve qu'elles n'apportent pas grand-chose. Voilà tout.
    Et je reconnais que je me trompe peut-être : je n'ai pas trouvé encore la baguette magique qui leur fera écrire seul un texte construit, riche, organisé. Si ce sont les inducteurs de Clarinette, tant mieux.
    (Et purée, quand je vois tout ce qu'elle fait produire à ses élèves en une année, je me sens toute petite, petite...).

    Mais je vous laisse donc définitivement avec votre belle assurance pédogogique, et vos réussites multidisciplinaires (vos élèves ont bien de la chance. Moi je ne fais que ce que je peux, et, ma foi, je peux peu) -car vous au moins savez ce qui est bon, et pourquoi (l'égalité des chances ? Ça manque ici comme argument... Les petits pauvres, ils ont le droit à la liberté d'écrire ce qu'ils veulent comme les autres ? de s'inventer des WE de Pâques au bord de la mer, à défaut de les vivre comme Charles-Edouard... des cheminées en marbre et des fauteuils en cuir pleine fleur, sur l'un desquels papa, plongé dans la Recherche, écoute distraitement maman lui citer un passage de Dolto...) - que, malheureusement, je n'ai pas, et n'aurai sans doute jamais.

    Bonne continuation, j'ai autre chose à faire aussi.

    Eryximaque : Pourquoi réagir ainsi Mufab?
    Personnellement (bah oui à mon stade, je ne vais pas m'autoriser à généraliser), j'ai souvent beaucoup plus appris de la part de ceux qui n'avaient pas cette "belle assurance pédagogique" mais qui au contraire se livraient vraiment sur leurs difficultés et faisaient partager ce à quoi leur "réflexion" les avait conduits. Et ceux-là sont suffisamment rares pour être d'un précieux avis.

    Mufab : Non, non, Eryxi ("diminitif allongé" d'Eric ?), vaut mieux se fier aux pointures qu'à ceux qui rament (à tous points de vue, en plus. Chez moi, cela dépasse largement la rédaction).

    Chacun sait ici que je fais lire de la daube (et en grande quantité, tu imagines l'indigestion), que je sur-dirige les écrits en leur donnant un maximum de billes, que ce n'est pas assez diversifié, qu'en grammaire je parle un maximum de déterminants et de GN affraid (d'ailleurs, je n'ai toujours pas compris en quoi c'était pas bien), mais pas de passé simple en Ce2, que je ne fais pas assez de géographie, que dans ma classe c'est le bordel, qu'en math' je n'ai toujours pas réussi à leur donner à tous la technique opératoire de la multiplication à 2 chiffres (mais c'est normal, je fonctionne de façon non spiralaire)...

    Je ne vois pas trop ce que je peux apporter ici.
    En résumé : les manuels SLECC en maths français, Dumas et textes libres en rédaction, extraits classiques avec questions en lecture, en géo... je ne sais plus la référence, et aucune opinion personnelle à avoir - Dieu m'en garde-, (ou alors je suis contre l'égalité des chances, et ne travaille que pour les fils d'intellos lol! qui trouveront chez eux de quoi pallier à mes manques d'ambition culturelle)..

    dc: Pour la postérité, avant que ça ne change encore une fois.

    Je signale à tout hasard que je disais justement le contraire dans mon message et que personne n'allait vérifier si Christian et Catherine, Joao et Maria-Teresa (c'étaient les Kevin, Sue-Ellen, Karim et Fatihah de l'époque) avaient justement les fauteuils de cuir et les cheminées de marbre dont ils se vantaient dans leurs rédactions !
    Mais nous connaissons maintenant bien Mufab et, de temps en temps, même si nous avons encore l'espoir de lui faire comprendre quelque chose aux pratiques de classe qui ne sont pas les siennes, nous nous prenons les pieds dans le tapis et la vexons sans l'avoir voulu.

    J'ai deux trois rédacs et "textes libres" de mes élèves en stock... Je peux vous en scanner une ou deux de chaque niveau, si vous voulez ? En revanche, je ne calcule pas les capacités scolaires des enfants selon la fiche d'imposition ou de non-imposition de leurs parents, je ne pourrai donc vous dire si, chez moi, les petits pauvres se détectent forcément à la pauvreté de leur vocabulaire ou de leur syntaxe... No

    Mufab : Où ai-je dit que je faisais ça ?
    Je m'évertue à dire souvent que justement, moins je connais les parents de mes élèves, mieux je me porte. Et même que je n'en ai rien à faire...
    Et que du coup j'aspire à leur donner à tous les mêmes billes pour rédiger, que ces rédactions sont résolument tournées vers l'extérieur, strictement scolaires (un texte de référence, une image de fiction et une structure, comme pour le portrait, une technique, pour la rédaction de phrases-réponses...) sans justement les obliger à puiser pour écrire dans des expériences personnelles et familiales, que je ne veux pas voir entrer dans ma classe.

    dc : En voilà une, questionnaire "Dumas", niveau CE2, M., 8 ans et demi, et puisque ça paraît important, père agriculteur, illettré, mère vendeuse, niveau CAP...



    et une autre, J., 9 ans, père ouvrier charpentier, mère ambulancière.

    DC :

    coquelicot a écrit: DC, pour les exemples de rédac sur la vache et son veau, tu leur as donné un canevas avec questions, c'est bien ça ? Est-ce qu'ils ont fait un brouillon avant ?


    Oui, ils ont les feuilles suivantes dans leur porte-vue --> Sujets de rédaction avec canevas (Dumas, DC). Ils ont fait un brouillon où, contrôle oblige, je n'avais fait qu'entourer les fautes d'orthographe.
    D'habitude, je leur indique aussi dans la marge "mal placé", "imprécis", "répétition" et ils doivent améliorer en recopiant.

    Dès que j'ai fini ma progression de la 5° partie de l'année scolaire, je vous la mettrai aussi ici en pièce jointe.

    Merci à Sowandi pour ses textes, je télécharge et j'utiliserai !

    Mufab a écrit:
    doublecasquette a écrit: En revanche, je ne calcule pas les capacités scolaires des enfants selon la fiche d'imposition ou de non-imposition de leurs parents, je ne pourrai donc vous dire si, chez moi, les petits pauvres se détectent forcément à la pauvreté de leur vocabulaire ou de leur syntaxe... No

    Où ai-je dit que je faisais ça ?
    Je m'évertue à dire souvent que justement, moins je connais les parents de mes élèves, mieux je me porte. Et même que je n'en ai rien à faire...
    Et que du coup j'aspire à leur donner à tous les mêmes billes pour rédiger, que ces rédactions sont résolument tournées vers l'extérieur, strictement scolaires (un texte de référence, une image de fiction et une structure, comme pour le portrait, une technique, pour la rédaction de phrases-réponses...) sans justement les obliger à puiser pour écrire dans des expériences personnelles et familiales, que je ne veux pas voir entrer dans ma classe.


    Le gros problème, c'est que tu dis tout et son contraire. Tout à l'heure, c'étaient les élèves en difficultés familiales qui ne pourraient parler de fauteuils de cuir et de cheminée de marbre et maintenant, des élèves dont tu ne connais pas l'origine sociale.

    Sans compter les multiples messages où, lorsqu'on cherche à faire connaître des méthodes qui ont marché dans notre classe, nous sommes taxés de nous vanter et ceux où tu te plains d'être injustement ignorée ou contrée.

    Je continue pour les autres, tu lis, tu regardes, tu ignores ou tu te moques, peu me chaut !

    Série de trois images séquentielles. J'arrête mes "intrusions caractérisées" dans l'univers familial et psychologique de mes élèves puisque maintenant, ça n'est plus d'actualité. Pourtant, pour ces trois-là... pale

    Bajazet, CE1, 7 ans 9 mois.



    Mathusalem, CE1, 7 ans 7 mois



    Nicodème, CE1, 7 ans 8 mois



    Alors, oui, c'est très nunuche et beaucoup moins ambitieux que toutes tes grandes théories. L'avantage, c'est qu'ils écrivent tous un à deux textes de ce type par semaine. Ce qui fait que le jour où ils se retrouvent devant un travail du genre de ceux proposés par Clarinette, ils ne sont ni perdus, ni affolés, ni quoi que ce soit, et que l'écrit organisé, pas toujours très riche, ni très passionnant, ne leur pose pas de problèmes majeurs.

    Avril69 a écrit:Merci DC, les exemples visuels sont toujours très parlants !

    De rien, voilà donc les petits derniers, trois "textes libres" rédigés par les élèves, corrigés uniquement au point de vue orthographique (mais fort peu, désolée mes élèves peuvent aussi être bons en orthographe quand l'enjeu leur semble important).

    Sujet : "Écrivez une lettre de remerciements à la dame qui nous a envoyé un documentaire sur les Alpes et des chocolats de Pâques".


    D'abord, deux CP, puis une CE1.






    _________________

    « Textes et questions CP (Sowandi)Composition et style (DP 1911) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :