• Très joli cahier d'activités présenté sur le blog de l'Agence Eureka. Voici le premier exercice :

     

    Pour voir la suite, cliquez sur l'image suivante : 

    chaque mot couv n2

     

     

    Retrouvez d'autres manuels anciens sur le blog : 

    Blog Manuels anciens

     


    votre commentaire
  • C'est chez abcdefgh.

    Après lecture d'un conte, ses élèves de CE2 ont rédigé un QCM de 4 ou 5 questions en proposant pour chacune d'elles 3 réponses.

    Cliquez sur l'image pour accéder à l'article : 

    Les élèves rédigent leur QCM de lecture


    votre commentaire
  • Voici l'exercice de lecture et rédaction que j'ai préparé pour mes CE, il reprend un peu la démarche utilisée pour les CM.
    Je le teste demain avec mes 2 élèves de CE1 (un bon et un plus faible mais content de faire du français).
    Je suis dans le doute au niveau du temps nécessaire, je vais essayer de leur faire rédiger au moins 2 des 3 dernières questions.
    Si vous voyez des erreurs, n’hésitez pas à me les signaler.

    Télécharger « Force de l'homme - Conte Senegalais.pdf »

    Voir tous les textes postés par Sowandi : ici.

     

    Remarques sur le plan au CE

    arcenciel : Sowandi, c'est un beau texte que tu nous proposes.
    La question 9 me chiffonne un peu: j'ai l'impression que c'est une redite des questions de lecture, non? 

    sowandi : J'ai essayé de faire comme avec mes CM, c'est-a-dire mettre en avant la notion de plan et faire une petite leçon orale dessus.

    Après la lecture de différents manuels, j'ai décidé de travailler formellement les points suivants pour la rédaction (en parallèle des cours de grammaire/orthographe/conjugaison et de la lecture courante) :
    - les idées
    - le plan
    - l’écriture (le style)

    Je pense donc que ton impression de redite est justifiée, peut-être que ce n'est effectivement pas la meilleure démarche pour travailler le plan.
    Je continue à réfléchir à cette question et je suis preneuse de vos expériences et de vos remarques.

    arcenciel : En fait, je trouve que la notion de plan n'est pas évidente pour un CE.
    Par les questions de lecture, tu peux peut-être directement dégager le plan.
    Suspens posé en introduction avec la question de l'enfant et le "tu verras" du père; puis plusieurs situations envisagées et conclusion ouverte...

    sapotille : Faut-il vraiment faire un plan dans ce cas puisque la lecture est justement déjà divisée en paragraphes?

    Je ferais passer au fluo les éléments qui évoluent au fil de la lecture en posant la question:

    Qui est le plus fort ?
    - l'homme (papa)
    - la pierre
    - le bâton
    - le fer
    - le feu
    - l'homme (le forgeron)

    doublecasquette : Il me semble aussi que c'est par les questions de lecture qui orientent l'intérêt de l'élève du début vers la fin du texte que va émerger pour lui peu à peu la même démarche dans la narration orale d'abord, en maternelle, au CP et au début du CE1, puis petit à petit, à l'écrit, du texte à trous à la rédaction autonome, d'un court paragraphe, puis de plusieurs, de la fin du CP au CM2.
    En fin de CE1 et au CE2, quand les élèves ont en réserve des dizaines et des dizaines de récits (si on part de la PS, des centaines et des centaines), qu'ils en ont écrit eux-mêmes de très nombreux, ils vont commencer, avec l'aide de l'instit, à repérer que "c'est toujours pareil", que "ça fait comme un parcours obligé (un plan)".

    Je crois que Sowandi, n'ayant que deux ou trois élèves par niveau, écrit des questions qu'ils traiteront avec elle à l'oral et dont la réponse sera rédigée en commun. Le contexte est donc différent du nôtre où, souvent, la partie "rédaction" de l'emploi du temps se déroule à l'écrit et en autonomie.

    sowandi : Merci ! Je retiens vos remarques.

    Mon intention était de bien leur faire remarquer que le texte suit un plan, dont la structure est, dans cet exercice, clairement indiquée (alors que pour les CM j'avais juste donné le nombre de parties pour le premier texte et je leur laisse trouver le plan pour le deuxième texte) et de leur expliquer à quoi sert un plan.
    Le but est de les rendre capables de définir un plan pour leur propre rédaction.

    mufab : Je ne crois pas que le commun des élèves de fin de Ce1 ait un passé d'écrivain aussi riche que tu le dis.

    Là, l'impression du "toujours pareil" avec des variantes et une progression, c'est parce qu'on a à faire à un conte de randonnée. Mais, heureusement, tous les récits ne sont pas toujours pareils, et les parcours sont bien différents pour arriver à la fin.
    (A moins de tomber dans le schéma narratif commun aux contes. Pourquoi pas, mais je les trouve bien jeunes pour cela.)

    Néanmoins, l'écriture d'un conte de randonnée, après de multiples lectures de ce type de contes, est sans doute possible, si on leur donne un personnage de départ et sa quête.

    dc : Je ne sais pas pour les autres classes. Les miens auront répondu à cinq questions de lecture par jour depuis le troisième trimestre de leur CP et auront rédigé une histoire correspondant à une série d'images séquentielles par semaine, au pire depuis le début janvier du CE1, et au mieux depuis le troisième trimestre de CP. Ça en fait quand même un sacré paquet, non ?
    Comme je sais que c'est faisable du moment où les deux premiers trimestres (ou les trois, les "mauvaises années" sont entièrement consacrés à l'acquisition d'une écriture/lecture/expression orale riche et fluide, je transmets, à toutes fins utiles. 

    Je pense que tu as très bien compris ce que je voulais dire. Et sinon, un petit proverbe en guise de conseil : "Qui trop embrasse, mal étreint."

    mufab :

    Sowandi a écrit:
    Le but est de les rendre capables de définir un plan pour leur propre rédaction.

    C'est sérieux ?

    Tu penses les élèves de cet âge capables d'élaborer un plan sans un très fort guidage sous forme d'images ou de parties très clairement imposées par le maître ?

    Il y a quand même un pas entre l'observation d'une structure narrative, et la rédaction personnelle.

    ------------------------------------------------

    Remarques sur la question "Qu’y-a-t-il, selon vous, de plus fort que tout ?"

    mufab : Je ne vois pas trop ce qu'un élève de CE peut répondre à ça :

    Qu’y-a-t-il, selon vous, de plus fort que tout ?

    Moi-même serait bien ennuyée.
    L'amour ? La mort ? Les forces de la nature ?

    sapotille : La phrase qui termine le texte est :
    "Mais peut-être y a t-il plus fort que lui ."

    Donc la question : "Qu’y-a-t-il, selon vous, de plus fort que tout ?" demande à l'enfant un travail d'imagination...

    sowandi : C'est parce que tu n'es plus une enfant !
    Je suis sûre que mes élèves vont avoir des réponses (pas forcément des trucs réels d'ailleurs !) et si certains ne savent pas répondre, ce n'est pas grave, je n'en ferai pas un drame.

    sapotille : Je ferais passer au fluo les éléments qui évoluent au fil de la lecture en posant la question:

    Qui est le plus fort ?
    - l'homme (papa)
    - la pierre
    - le bâton
    - le fer
    - le feu
    - l'homme (le forgeron)

    arcenciel : Oui Sapotille!
    En rédaction, avec ta question "Connaissez-vs un animal très fort?", tu peux les guider avec différentes questions:

    Choisis un animal et son petit.
    Que demande le petit lionceau par ex à son père ou mère?
    Lors de leur promenade quotidienne ds la savane ils se retrouvent face à un obstacle.
    Que se passe-t-il?
    Et ainsi de suite...

    sapotille : Tu vois, tu peux redevenir un petit enfant et trouver des réponses !

    Je me souviens d'enfants qui répondaient "Albator" ou un autre personnage invincible de la télé dont j'ai oublié le nom, pour une question de ce genre !!! Laughing Laughing Laughing

    mufab : Goldorak ? Hulk ? L'Homme qui valait 3 milliards ? Super Jenny ?

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------
     

    Exercices et documents proposés par Sowandi :

    Rédaction au primaire FLE (Sowandi)

    Sélection d'images séquentielles (Sowandi)

    Cahier de rédaction CE1 (Sowandi)

    Cahier de rédaction CE2 - Grade 3 (Sowandi)

    Force de l'homme (conte sénégalais) - par Sowandi

    La Rédaction dirigée (Sowandi)

    Le travail de l'écolier (Marceline Desbordes-Valmore) rédaction CM2

    Le vase de Kompeito (conte japonais)


    votre commentaire
  • http://www.neoprofs.org/t31738p100-comment-travaillez-vous-la-redaction-a-l-ecole-primaire#1356100

    coquelicot a écrit: Est-ce que l'un ou l'une d'entre vous qui possède le Dumas pourrait nous mettre quelques exemples de sujets de rédaction avec canevas tels que proposés dans ce manuel ? Plutôt niveau CM si possible. Je continue de me poser beaucoup de questions à ce sujet. J'ai changé ma manière de faire, je guide davantage mes élèves, mais je me demande maintenant si je ne les guide pas trop. scratch

     

    Double Casquette : J'en avais mis dans le sujet sur le Français au CE2... Voici :

    Télécharger « DC Rédactions CE2 -4.doc »

     

    Le blog de Double Casquette :

    Bienvenue chez les P'tits Cycle 1 - Cycle 2 (blog de DoubleCasquette)

    La page de Double Casquette sur Rue des Instits :

    http://www.ruedesinstits.com/page_akwabon.htm

     

    Les manuels anciens Dumas :

     

    dc : En voilà une, questionnaire "Dumas", niveau CE2, M., 8 ans et demi, et puisque ça paraît important, père agriculteur, illettré, mère vendeuse, niveau CAP...



    et une autre, J., 9 ans, père ouvrier charpentier, mère ambulancière.

    DC :

    coquelicot a écrit: DC, pour les exemples de rédac sur la vache et son veau, tu leur as donné un canevas avec questions, c'est bien ça ? Est-ce qu'ils ont fait un brouillon avant ?


    Oui, ils ont les feuilles suivantes dans leur porte-vue --> Sujets de rédaction avec canevas (Dumas, DC). Ils ont fait un brouillon où, contrôle oblige, je n'avais fait qu'entourer les fautes d'orthographe.
    D'habitude, je leur indique aussi dans la marge "mal placé", "imprécis", "répétition" et ils doivent améliorer en recopiant.

    Dès que j'ai fini ma progression de la 5° partie de l'année scolaire, je vous la mettrai aussi ici en pièce jointe.

    Coquelicot : Merci DC. Je ne voudrais pas abuser, mais j'ai d'autres questions. Est-ce que les élèves répondent aux questions avant puis s'en servent pour rédiger leur texte ou bien est-ce qu'ils rédigent directement en s'aidant des questions ?

    DC : Ils rédigent directement en s'aidant des questions, d'où l'erreur de M. qui a mal construit sa phrase (elle pousse dans l'étable des meuglements). Tu verras, dans la série suivante, ils n'ont plus que quelques mots interrogatifs entre parenthèses pour les aider à rédiger.
    Je vais pouvoir ressortir le "gros bon sens" de ce brave M. Legay pour leur conseiller de s'écouter avant d'écrire et à n'écrire que ce qu'ils diraient. Razz

    Coquelicot : Merci pour tes explications DC. Je regarderai avec plaisir ta 5e période pour m'en inspirer pour mes CM. Je ne fais pas le canevas sous forme de questions mais sous forme de plan, avec des idées (plutôt à l'oral) et je vois bien que cela reste difficile pour les plus faibles. J'ai compris comment faire désormais (suis un peu longue à la détente !)

    Télécharger « Rédactions CE2 -5.doc »

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    vudici  : Je remonte ce sujet pour fleurs2 Doublecasquette: j'ai utilisé dans un CM1 très faible en rédaction ta progression de CE2 (ils n'en avaient pas fait du tout l'année passée Evil or Very Mad ) et je suis très contente du résultat.
    En particulier pour un élève dysphasique très courageux, qui arrive à faire un texte à partir d'un canevas de questions. Au début, il revenait jusqu'à 5 fois me voir avec sa phrase incompréhensible, je lui remontrais la question ... je faisais avec lui à l'oral... et il finissait pas avoir une phrase correcte. puis il est venu moins souvent... et pour la dernière rédaction avant l'examen, il n'est pas venu du tout... Son texte n'était pas une merveille, mais c'était du français, chaque phrase était correcte. Encore merci pour lui, DC, je voudrais bien t'envoyer l'éclat de ses yeux quand je l'ai félicité...

     


    votre commentaire
  • Goethe, L'Apprenti sorcier (adapté par Marie tenaille, illustraations de Gerda Muller)

    --> voir le texte entier sur Littérature au primaire : ici.

    Télécharger « L'apprenti sorcier 19.jpg »

    Images séquentielles L'apprenti sorcier


    votre commentaire
  • Sur le blog Manuels anciens :

    L'action en images cahier n°1      L'action en images cahier n°2


    1 commentaire
  • Cahier de rédaction CE2 - Grade 3 (Sowandi)

    auteur du document : Sowandi sur Neoprofs

    http://www.neoprofs.org/t31738p780-comment-travaillez-vous-la-redaction-a-l-ecole-primaire#1920186

    Voici le cahier de rédaction pour le grade 3/CE2.

    Je compléterai le travail de rédaction avec les fiches de "rédaction dirigée" et les petits travaux liés aux textes.

    Il est basé sur le manuel de composition française de Gabet & Gillard CE-CM et Berthou, Elocution Vocabulaire Rédaction CE2-CM1 qui offre un gros travail d’acquisition du vocabulaire avant d'attaquer la leçon de rédaction.

    N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ; si la progression vous semble correcte ou non.

    Autres docs pour le CE2 de Sowandi :

    http://www.neoprofs.org/t31738p400-comment-travaillez-vous-la-redaction-a-l-ecole-primaire#1470470

    Voici ma première leçon de rédaction, taillée pour mon bon CE2, elle porte sur la recherche d'idées pour faire un portrait (c'est écrit gros pour imprimer en A5 et mettre dans un petit classeur... mais je n'ai pas encore testé l'impression).

    Je voudrais mettre en place des "vraies" leçons de rédaction, ma tentative avec les CM s'étant plutôt bien passée, je tente avec cet élève car sa mère s'occupe de toute la grammaire avec le manuel du GRIP à la maison (donc totale confiance), et je fais lecture, analyse grammaticale (avec le doc que j'avais mis sur un autre fil il y a quelques temps), dictées et rédaction en classe.

    J'ai prévu de travailler les points suivants, couplés avec du vocabulaire :

    • trouver des idées sur une personne
    • trouver des idées sur un lieu
    • trouver des idées sur un évènement
    • l'association d'idées
    • le mot propre, sens propre et sens figuré
    • les pensées (dans le sens jugement, comparaison d’idées)
    • le plan
    • la construction de phrase (éviter les répétitions, lourdeur, utilisation correcte des substituts, ou autre en fonction de ce que je constaterai)

    Je travaillerai spécifiquement le résumé avec la lecture.
    (Pour les autres genres de texte, il apprend tout ça en cours d'anglais, je préfère donc mettre la gomme sur le vocabulaire et la construction de phrases)

    Si vous avez des remarques, je prends !

    Télécharger « Sowandi Redaction-lecon-IdeesPortrait CE2.pdf »

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------
     

    Exercices et documents proposés par Sowandi :

    Rédaction au primaire FLE (Sowandi)

    Sélection d'images séquentielles (Sowandi)

    Cahier de rédaction CE1 (Sowandi)

    Cahier de rédaction CE2 - Grade 3 (Sowandi)

    Force de l'homme (conte sénégalais) - par Sowandi

    La Rédaction dirigée (Sowandi)

    Le travail de l'écolier (Marceline Desbordes-Valmore) rédaction CM2

    Le vase de Kompeito (conte japonais)


    2 commentaires
  • contributeur : Sowandi

    source : Manuel général d'instruction primaire 1925

    http://www.inrp.fr/numerisations/les_calendriers.php?periodique=4&annee=1925

    L'orage - L'été dans le midi - La grappe de raisins - Une cuisine d'auberge - Un repas champêtre

    ______________________________________________________________________

    L’orage.
    La chaleur est étouffante. Les feuilles des arbres sont immobiles. Les nuages sont bas ; ils touchent presque le coq du clocher. Soudain une rafale passe, un éclair jaillit. L’orage éclate. Mettons-nous vite à l’abri.
    D’après Tourgueneff.

    1. Les mots et les idées. – Pourquoi les feuilles sont-elles immobiles ?
    jaillit : la lumière de l’éclair sillonne le ciel d’un mouvement rapide.
    rafale : coup de vent brusque et violent.
    2. Notions grammaticales. – Abri se termine par un i comme établi, fourmi, épi, cri, jeudi...
    36 mots.
    Exercice : mettre le texte à la forme négative.

    ______________________________________________________________________

    L’été dans le midi.
    L’air est à peu près aussi chaud qu’un four allumé, et cette chaleur continue autant la nuit que le jour ; enfin il faudrait se résigner à fondre comme du beurre si un petit vent frais n’avait la charité de souffler de temps en temps.
    D’après Racine.

    1. Les mots et les idées. – n’avait la charité... : par le bien-être qu’il procure, il semble que le vent veuille faire plaisir aux gens, leur rendre service.
    se résigner à : se décider a, s’attendre à.
    2. Notions grammaticales. – verbes du premier groupe : continuer, se résigner, souffler.
    49 mots.

    ______________________________________________________________________

    La grappe de raisin.
    Il y avait sur le buffet, dans une coupe, de magnifiques raisins de Fontainebleau. Je montai sur une chaise, et je pris une grappe longue et pesante qui remplissait la coupe aux trois quarts. Les grains, d’un vert pâle, étaient dorés d’un côté et l’on devait croire qu’ils fondraient délicieusement dans la bouche.
    Anatole France.

    1. Les mots et les idées. – A quelque distance de Fontainebleau, on récolte du raisin "chasselas" renommé.
    Une coupe : vase de forme arrondie, plus large que profond.
    2. Notions grammaticales. – règles d’accord : faire trouver le sujet des verbes en précisant la personne et le nombre.
    57 mots.
    Exercice : écrire cinq noms de fruits que l’on peut mettre dans une coupe.

    ______________________________________________________________________

    Une cuisine d’auberge.
    Tous les fourneaux étaient allumés ; un grand feu flambait gaiement dans la cheminée.
    L’hôte, qui était en même temps le chef, allait de l’âtre aux casseroles, fort occupé et surveillant un excellent dîner.
    Victor Hugo (Les misérables).

    1. Les mots et les idées. – gaiement : les flammes vives, brillantes, dansante semblaient gaies.
    hôte : propriétaire de l’auberge.
    chef : cuisinier.
    2. Notions grammaticales. – Règles d’accord.
    37 mots.
    Exercice : mettre le texte au présent de l’indicatif.

    ______________________________________________________________________

    Un repas champêtre.
    La salle à manger serait partout, dans le jardin, dans un bateau, sous un arbre. On aurait le gazon pour table et pour chaise, les bords de la fontaine serviraient de buffet, et le dessert pendrait aux arbres.
    Jean-Jacques Rousseau.

    1. Les mots et les idées. – Pourquoi le dessert pendrait-il aux arbres ?
    2. Notions grammaticales. – Etre et avoir au conditionnel présent.
    41 mots.
    Exercice : mettre le texte au futur simple.

    ______________________________________________________________________

    Le caniche à roulettes.
    Bobby a reçu de son parrain un magnifique caniche à roulettes. Il est tout blanc, avec de la vraie laine, et quand on lui tire la tête, il se met à bêler. Avec de la bonne volonté, on peut dire qu’il aboie.
    Lichtenberger (Line).

    1. Les mots et les idées. – Quel animal bêle ? Quel animal aboie ?
    2. Notions grammaticales. – a et à.
    46 mots.
    Exercice : mettre le texte à l’imparfait.

    ______________________________________________________________________

    Le matin de Noël.
    Je courais pieds nus m’emparer de mon trésor. Ce n’était jamais un don magnifique, car nous n’étions pas riches. C’était un petit gâteau, une orange, ou tout simplement une belle pomme rouge. Mais cela me semblait si précieux que j’osais à peine le manger.
    George Sand (Histoire de ma vie).

    1. Les mots et les idées. – don : ce qui est donné, cadeau.
    2. Notions grammaticales. – négation : ne...pas, ne...jamais.
    48 mots.
    Exercice : mettre le texte au présent.

    ______________________________________________________________________

    Le petit Poucet.
    Il y avait une fois un bûcheron et une bûcheronne qui avaient sept enfants, tous garçons ; l’aîné n’avait que dix ans et le plus jeune n’en avait que sept. Ce dernier était si petit qu’on l’appelait le petit Poucet.

    1. Les mots et les idées. – .
    2. Notions grammaticales. – forme négative : n’avait que, n’en avait que.
    43 mots.

    ______________________________________________________________________

    Les abeilles.
    J’avais une petite famille au bout du jardin, c’étaient des abeilles. Je ne manquais guère d’aller leur rendre visite ; je m’intéressais beaucoup à leur ouvrage ; je m’amusais à les voir revenir de la picorée, leurs petites cuisses si chargées qu’elles avaient peine à marcher.
    Jean-Jacques Rousseau (Confessions).

    1. Les mots et les idées. – petite famille : l’auteur aime ses abeilles, il les considère comme des amies.
    2. Notions grammaticales. – forme négative : ne...guère.
    48 mots.

    ______________________________________________________________________

    Du haut de la cathédrale de Strasbourg.
    La vue est admirable. On a Strasbourg sous ses pieds, vieille ville à pignons dentelés et à grands toits chargés de lucarnes, coupée de tours et d’églises. L’Ill et le Rhin, deux jolies rivières, égayent ce sombre amas d’édifices de leurs flaques d’eau claires et vertes.
    Victor Hugo (Le Rhin).

    3. Les mots et les idées. – .
    4. Notions grammaticales. – accord du verbe avec son sujet.
    48 mots.
    Exercice : imaginez trois compléments pouvant convenir au nom amas.

    ______________________________________________________________________

    Au printemps.
    Dans les jardins, dans les buissons de la route, dans les grands arbres, partout, on entendait des oiseaux qui chantaient joyeusement. Devant nous, des hirondelles rasaient la terre, à la poursuite de moucherons invisibles.
    Hector Malo (Sans famille).

    5. Les mots et les idées. – Qu’est-ce qu’un moucheron ? Comment se nomme un petit jardin, un petit arbre, un petit oiseau ?
    6. Notions grammaticales. – accord de chantaient.
    36 mots.


    votre commentaire
  • contributeur : Sowandi

    source : Manuel général d'instruction primaire 1925

    http://www.inrp.fr/numerisations/les_calendriers.php?periodique=4&annee=1925

    Le seau d'eau - Coucher de soleil en mer - Départ des hirondelles - Le repas des bergers - Le moulin - La diligence - Les légumes aux Halles - Une ville industrielle - La chenille - Les sons

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Le seau d’eau.
    Cosette saisit l’anse à deux mains. Elle souleva le seau à grand’peine. Elle fit ainsi une douzaine de pas. L’eau froide qui débordait du seau tombait sur ses jambes nues.
    D’après Victor Hugo.

    1. Les mots et les idées. – Indiquez les divers mouvements faits par la fillette.
    2. Notions grammaticales. – Analyse grammaticale.
    L’emploi de la lettre m devant b : tombait, jambes.
    33 mots.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Coucher de soleil en mer.
    Le soleil descendait. Bientôt il toucha les flots, s’y enfonça jusqu’au milieu. On le vit un instant, coupé en deux moitiés par la ligne de l’horizon ; l’une dessus, sans bouger, l’autre en dessous qui tremblotait et s’allongeait, puis il disparut complètement.
    Gustave Flaubert (Par les champs et par les grèves.)

    1. Les mots. – Tremblotait : tremblait un peu, vacillait ; comparer trembloter à siffloter (siffler légèrement), vivoter (vivre petitement).
    2. Les idées. – En réalité, c’est la terre qui se déplace ; la seconde moitié du soleil n’est que l’image de la première reflétée par les flots.
    Pourquoi cette image parait-elle trembler un peu ? Elle s’allonge comme l’ombre des arbres sur la route au soleil couchant.
    3. Notions grammaticales. – La cédille : enfonça.
    Souligner les lettres c et g et indiquer si le son est dur ou doux.
    Noter l’emploi de l’apostrophe : l’horizon, l’une, l’autre.
    L’emploi de la lettre m devant p et b : tremblotait, complétement.
    47 mots.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Départ des hirondelles.
    Dans mon enfance, je passais des heures entières à voir voltiger les hirondelles en automne. Elles se réunissaient à la fin de septembre dans les joncs d’un étang ; là, poussant des cris, elles exécutaient mille évolutions sur les eaux et semblaient essayer leurs ailes.
    D’après Chateaubriand.

    1. Les mots. – voltiger : voler çà et là, parcourir de petites distances.
    évolutions : mouvement, manœuvres.
    2. Les idées. – Comment évoluent les hirondelles ? Quand partent-elles ? Où vont-elles ?
    3. Notions grammaticales. – Ponctuation.
    48 mots.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Le repas des bergers.
    Nous allumons notre feu de bruyères sèches. Une petite flamme jaillit à travers les vagues noires, grises et bleues de la fumée du bois vert. Nous tirons de nos sacs le pain, le fromage, les œufs durs assaisonnés de gros grains de sel gris.
    Lamartine.

    1. Les mots et les idées. – Expliquez où sont les bergers. A quoi compare-t-on la fumée ?
    assaisonnés : dont le goût a été relevé.
    2. Notions grammaticales. – Accord des adjectifs.
    L’œuf / les œufs ; le bœuf / les bœufs ; la sœur ; l’œil.
    48 mots.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Le moulin.
    C’est un vieux moulin. Au-dessus du toit, en planches recouvert de mousse, de grands peupliers penchent leurs troncs lisses et mêlent leurs têtes d’un bord à l’autre du ruisseau.
    D’après Hector Malot.

    1. Les mots et les idées. – Expliquez ce qu’est un moulin. Pourquoi les moulins sont-ils souvent établis au bord de l’eau ?
    troncs lisses : troncs dont l’écorce est unie et luisante.
    2. Notions grammaticales. – Lettres finales : tronc/tronçon ; toit / toiture ; bord / bordure.
    Lettres doubles : dessus, mousse, lisse, ruisseau.
    31 mots.
    Exercice : mettre le texte à l’imparfait.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    La diligence.
    Les trois chevaux galopaient, les pierres grinçaient dans la boue, la diligence se balançait et le conducteur, de loin, hélait les carrioles sur la route.
    Gustave Flaubert.

    1. Les mots et les idées. – diligence : ancienne voiture servant au transport des voyageurs.
    grinçaient : les pierres frottaient contre les roues ; la diligence se balançait en cahotant.
    hélait : le conducteur appelait les paysans dans leur carrioles, en les croisant ou en les dépassant.
    2. Notions grammaticales. – pluriel ; cédille.
    27 mots.
    Exercice : mettre le texte au présent.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Les légumes aux Halles.
    Les salades, ouvertes et grasses encore de terreau, montraient leurs cœurs éclatants. Les taches vives des carottes, les taches pures des navets semés en quantité prodigieuse le long du marché, l’éclairaient du bariolage de leurs deux couleurs.
    D’après Emile Zola (Le ventre de Paris).

    1. Les mots et les idées. – Halles : marché couvert (elles sont vues ici au lever du jour).
    vives : brillantes, éclatantes.
    pures : fraîches et sans mélange.
    le bariolage : mélange bizarre des couleurs.
    2. Notions grammaticales. – accord de l’adjectif qualificatif. En règle générale, la prononciation peut indiquer l’orthographe du féminin. Par la conversation et la lecture, on apprend la forme des adjectifs au féminin.
    Terminaison eau : on rencontre la terminaison en eau dans la plupart des noms présentant ce son final : terreau, poireau... ; mais on écrit sans e étau et les noms se terminant en yau comme tuyau.
    Rapprocher terreau (deux r) de terre, terrain...
    Le son eu=œu.
    41 mots

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Une ville industrielle.
    Cent cheminées vomissent dans l’air des serpents de fumée. Les maisons sont noires, comme frottées de suie, les pavés sont noirs ; les vitres sont poudrées de charbon. Une odeur de cheminée oppresse la poitrine.
    D’après Guy de Maupassant.

    1. Les mots et les idées. – vomissent : lancent.
    des serpents de fumée : la fumée sort en se déroulant comme un serpent.
    oppresse la poitrine : gêne la respiration.
    2. Notions grammaticales. – Justifier l’orthographe des adjectifs, accord du verbe avec son sujet.
    On écrit odeur avec la terminaison eur comme la plupart des noms présentant ce son final, mais on écrit une heure, une demeure, du beurre.
    38 mots.
    Exercice : mettre le texte au futur.
    Exercice : mettre les deux dernières phrases à la forme interrogative et à la forme négative.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    La chenille.
    Une belle chenille grasse, velue, brune avec des points d’or et des yeux noirs, s’arrête au bas d’un rosier. De ses fines agrafes, elle tâte l’écorce rude, balance sa petite tête et se décide à grimper.
    D’après Jules Renard.

    1. Les mots et les idées. – velue : couverte de poils.
    fines agrafes : les anneaux de la chenille portent des petites griffes qui servent à l’animal pour s’accrocher et grimper.
    2. Notions grammaticales. – Justifier l’orthographe des adjectifs, accord du verbe avec son sujet.
    38 mots.
    Exercice : mettre le texte au pluriel en utilisant "les chenilles".
    Exercice : mettre le texte au singulier en utilisant "un mille-pattes".

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Les sons.
    Jean-Christophe est seul, il ouvre le piano. Il appuie sur les touches, les sons montent ; les uns sont aigus, les autres sont graves. Il y a des notes qui tintent, il y en a d’autres qui grondent. Parfois les sons s’enlacent, ils sont gracieux et doux ; le petit Jean-Christophe les aime.
    D’après Romain Rolland.

    1. Les mots et les idées. – Pourquoi attend-il d’être seul ?
    tintent : les sons aigus sont clairs comme ceux des cloches.
    grondent : les sons graves sont sourds et prolongés.
    ils sont gracieux : ils s’accordent.
    2. Notions grammaticales. – Accord de l’attribut : seul, aigus, graves, gracieux et doux.

    55 mots.
    Exercice : mettre le texte au pluriel en utilisant "Jean-Christophe et Lina".

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique